Traquée

Saga : Waynest, tome 1

Auteur : Jess Haines

Éditeur : Milady

Genre : bit-lit

Résumé : Quand le chasseur devient la proie…
Le job de détective de Shiarra Waynest est déjà dangereux d’ordinaire. Il le devient davantage quand elle doit accepter un contrat susceptible de renflouer ses caisses vides… s’il ne lui coûte pas la vie. Dans une ville où rôdent la magie et les nonmorts et où vampires et loups-garous ne sont pas toujours ce qu’ils semblent être, Shiarra va devenir une arme secrète dans la bataille entre le bien et le mal… que cela lui plaise ou non.

Continue reading >

La voix de l’esprit

Saga : Ikatar, tome 1

Auteur : Véronique Roméo

Editeur : Bragelonne (Snark)

Genre : Fantasy

Résumé : Jiaan a grandi au sein de la troupe de cirque itinérante de son père où elle se produit régulièrement. Acrobate, elle utilise aussi ses talents pour accomplir des larcins et arrondir leurs fins de mois. Alors le jour où son père lui interdit de réaliser le prochain vol, qui pourrait pourtant les mettre à l’abri du besoin, cela lui met la puce à l’oreille : que lui cache-t-il exactement ?
À l’est du royaume, Theandron et Miraa, les neveu et nièce du roi d’Ikatar, vivent paisiblement malgré la sécheresse qui sévit, et les incidents qui se multiplient dans le duché. Mais un visiteur inattendu va rapidement les plonger dans la tourmente et les intrigues de la cour.
Dans sa quête de vérité, Jiaan va découvrir l’univers des mages de Feydra, et connaître un destin qu’elle n’aurait pas imaginé. Car dans ce royaume où le roi a perdu son fils et unique héritier, un ennemi que l’on croyait oublié œuvre dans l’ombre…

Mon avis

Je ressors mitigée de cette lecture. Il y a les bons ingrédients, mais la recette n’a pas marché sur moi. J’ai conscience qu’une partie de mes sentiments sont instinctifs et que je vais avoir du mal à les expliquer, mais je vais quand même essayer. C’est parti !

Le style de l’auteur est fluide et va à l’essentiel. Il se laisse lire, même s’il ne m’a pas conquise. La mise en place de l’univers et des personnages se fait doucement. On a pas mal d’éléments intéressants, mais gourmande comme je suis, j’aurais aimé en avoir plus. Au final, on en sait très peu sur le royaume.

Le roman enchaîne les moments d’explication, d’action et de développement des personnages. Les personnages… Je pense qu’au final, c’est ce qui me gêne le plus dans cette histoire. De prime abord, je leur ai donné leur chance, voulant apprendre à les connaître… Et au final, je les ai trouvé assez stéréotypés : l’apprentie mage bienveillante mais rebelle et ses deux mentors, l’un loufoque et l’autre plus sévère mais juste ; le héros brave et incorruptible ; le mage maléfique et le traître que j’ai personnellement vu arriver à des kilomètres. Il en ressort un manichéisme que je n’apprécie pas. Bah voilà, j’ai finalement réussi à expliquer mon ressenti .

L’autre défaut qui m’a fait grimacer (voire râler) c’est l’expédition bâclée de certaines scènes, notamment la concrétisation d’une intrigue amoureuse qui m’a fait dire « ah ouais, tout ça pour ça ? ».

En dépit de ça, il y a quand même de belles images et certaines idées originales. J’ai par exemple bien aimé le passage où Jiaan doit s’accoutumer à l’internat des mages, ainsi qu’elle ait été élevée par une bande de forains. J’aurais aimé que cet aspect-là soit plus développé.

Pour conclure, ce n’est pas un livre que je recommanderais les yeux fermés. L’intrigue n’est pas nouvelle et les personnages n’ont pas réussi à m’attirer suffisamment pour voir au-delà. Cela dit, vu la fin du tome, on peut espérer que le tome 2 soit un peu plus palpitant. J’y jetterai peut-être un coup d’œil, mais pas avant un long moment.

Le gardien

Saga : Le retour des Highlanders – tome 1

Auteur : Margaret Mallory

Éditeur: Milady

Genre : Romance historique

Résumé : Après cinq ans passés à se battre sur le continent, Ian MacDonald revient sur son île natale de Skye, où il trouve son clan en péril. Bien décidé à réparer ses erreurs de jeunesse, il doit déjouer les manigances d’un adversaire sans scrupules, et faire face à Sìleas, l’épouse qu’il a délaissée pour partir au combat. Une surprise attend Ian : la gamine maigrichonne qui le suivait partout comme son ombre et qu’il a dû épouser à la suite d’un malentendu, est devenue une jeune femme aussi ravissante que farouche.

Mon avis

Pour finir la semaine, j’avais envie de me lire une petite romance sans prise de tête et Le gardien a très bien fait l’affaire.

J’y ai trouvé un style fluide qui nous emporte facilement du début à la fin. Le vocabulaire simple mais varié nous permettent de visualiser impeccablement les paysages et l’action.

Au niveau des personnages, le roman remplit aussi son office car il nous présente une galerie de personnages haut en couleurs. Je suis assez fan des prologues qui nous présentent les personnages dans leur enfance, et c’est le cas ici. J’ai beaucoup aimé cette première scène qui nous plonge à merveille dans le côté mystique et mystérieux de l’Ecosse. On fait la rencontre de quatre garçonnets turbulents qui viennent interrogés une voyante sur leur avenir. Ils ne se l’imaginent que militaire, mais la voyante préfère leur parler de leur futur amoureux.

Ce premier tome nous raconte ensuite l’histoire de Ian et de la conquête de sa femme Sìleas. Elle aussi a un caractère bien trempé, tellement que certaines de ses réactions m’ont agacés. Même si Ian est parfois vraiment bêta aussi. J’en arrive au principal défaut que j’ai vu dans cette histoire. Certaines scènes et rebondissements sont vraiment convenus et je les ai vu arrivés de loin. Il faut dire que j’ai lu pas mal de romances historiques à une époque, et que je suis assez habituée aux ressorts utilisés. Il en faut plus pour me surprendre.

Pour conclure, même s’il ne révolutionne pas le genre, Le Gardien reste une lecture agréable qui remplit parfaitement son office.

Intuitions

Saga : Intuitions, tome 1

Auteur : Rachel Ward

Editions : Michel Lafont

Genre : jeunesse fantastique

Résumé : Depuis son plus jeune âge, Jem voit des nombres flotter au-dessus des personnes qu’elle croise. C’est le jour où sa mère décède qu’elle en comprend la signification : il s’agit de la date de leur mort. Ce don maudit la pousse à se couper du monde. Jusqu’au jour où elle rencontre Spider…
Alors qu’ils partent ensemble à la grande roue de Londres, un phénomène étrange se produit : pourquoi tous les passants ont-ils le même nombre au-dessus de la tête ? Pris de panique, Jem et son ami prennent la fuite.
Ils seront les seuls survivants de l’attentat qui va suivre, mais aussi les seuls suspects traqués par la police une fois leur identité révélée par les caméras de surveillance.
Mais comment Jem peut-elle expliquer au commun des mortels les raisons de sa fugue, et surtout, comment ignorer la terrible vérité qu’elle peut lire en Spider ?
QUE FAIRE D’UN DON QUAND IL EST MAUDIT ?

Mon avis

Ces dernières semaines, j’ai un peu renoué avec le roman jeunesse. Ça faisait longtemps que je n’en avais plus lu; ce n’est plus mon genre de prédilection; mais j’ai eu envie de retenter l’expérience. Le résumé d’Intuitions me plaisait bien, alors je me suis lancée.

J’ai été surprise car ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais. Le style de l’auteur est très bon, je l’ai d’ailleurs trouvé assez riche et adulte, ce qui fut une excellente surprise. En revanche côté histoire, je m’attendais à quelque chose d’encore plus palpitant et plus axé sur le fantastique. Passé cette légère déception, je me suis embarqué dans l’histoire que j’avais sous les yeux.

J’ai eu un peu de mal avec le personnage féminin, qui est l’archétype de l’ado en plein crise : grande gueule, injuste, et un peu stupide parfois. Oublions ces quelques défauts pour nous concentrer sur son don qui est assez intéressant même si effectivement insupportable à vivre : connaître la date de la mort de tous les gens qu’elle rencontre. Tu parles d’un fardeau ! On comprend un peu mieux son caractère.

A cause ou grâce à son don, elle va échapper de peu à un attentat terroriste, et devenir par-là la principale suspecte. Sa fuite commence. J’ai été un peu déçue par le traitement de cette intrigue (bon, faut dire aussi que le contexte dans lequel j’ai lu le livre aide pas ^_^). J’aurais préféré qu’on s’attarde plus sur l’attentat que sur la fuite des deux protagonistes. Légère déception là-aussi.

L’histoire entre Jem et Spider est mignonnette mais j’aurais aimé qu’elle soit un peu plus approfondie. J’aurais aimé avoir le point de vue de Spider aussi, mais bon, c’est un problème récurrent dans les romans narrés à la première personne et uni-focus. Parfois ça passe, mais pour le coup ici, ça m’a vraiment manqué.

Pour conclure, Intuitions est un roman intéressant par son originalité, et vous devriez l’apprécier plus que moi si vous aimez les introspections adolescentes et les petites histoires d’amour mâtinés d’angoisse latente. Si ce n’est pas le cas, le style de l’auteur rend tout de même la lecture plaisante.

Hex Hall

Saga : Hex Hall, tome 1

Auteur : Rachel Hawkins

Editeur : Le livre de poche

Genre : Jeunesse fantastique

Résumé : Sophie Mercer, lycéenne et sorcière, use des pouvoirs sans discernement. Sur ordre d’un puissant magicien, qui n’est autre que son père, elle est envoyée à Hex Hall établissement ultra sélect pour élèves très spéciaux. Spectres, loups-garous et vampires s’y côtoient. Sophie qui est tout sauf discrète, se fait des tas d’ennemis et quelques amis. Parmi ceux qu’elle juge digne d’intérêt, il y a un séduisant jeune sorcier. Mais l’heure n’est pas à la romance : un prédateur se met à attaquer les élèves. Et, Sophie, fille de l’un des enchanteurs les plus puissants au monde, et directeur de Hex Hall, est une cible idéale…

Continue reading >

Elle s’appelait Sarah

Auteur : Tatiana de Rosnay

Editeur : Le livre de Poche

Genre : Drame

Résumé : Paris 2002. Julia Jarmond, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél d’Hiv. Découvrant avec horreur le calvaire de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s’attache en particulier au destin de Sarah et mène l’enquête jusqu’au bout, au péril de ce qu’elle a de plus cher.
Paris 16 juillet 1942. À l’aube la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande sœur l’enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là…

Mon avis

Quelle histoire émouvante ! J’ai dévoré ce livre en quelques heures, entraînée par la plume de Tatiana de Rosnay que je découvre ici pour la première fois, et par les recherches du personnage principal.

Dans ce roman, deux histoires se déroulent en parallèle pour finir par se retrouver. D’abord celle tragique de Sarah (dont on apprend le prénom plus tard, même si vu le titre on s’en doute un peu. Simplement, avec des mots justes qui font encore plus froid dans le dos, on nous raconte l’irruption de la police, le vel d’hiv, le camp d’internement, la séparation familiale… La révolte de la petite Sarah face à cette injustice m’a fait monter les larmes aux yeux, m’a donné envie de hurler ma rage tout comme Sarah aurait aimé le faire. Un récit poignant, jusqu’à la révélation finale, à laquelle on s’attend mais qui nous fait tout de même frissonner.

On a aussi l’histoire plus contemporaine de Julia. Journaliste d’origine américaine établie en France, elle doit rédiger un article sur la rafle du Vel d’Hiv. C’est l’occasion pour elle de se pencher sur une partie de l’histoire française qui lui est inconnue. Aussitôt sa mission divise : certains l’encouragent ; d’autres, comme son mari, lui enjoignent de renoncer : on n’obtient rien de bon à vouloir déterrer le passé. Mais Julia veut savoir, et découvre bientôt que l’appartement de famille dans lequel elle va bientôt emménager, appartenait autrefois à une famille juive victime de la rafle. Cela devient alors une affaire personnelle qu’elle se fait une obligation de résoudre.

J’ai trouvé cette partie aussi passionnante que l’autre. Mme De Rosnay nous livre une galerie de personnages intenses et attachants. L’enquête de Julia m’a passionnée, jusqu’au dénouement final, plus « heureux » qu’on pourrait s’y attendre. Elle permet d’évoquer la force de la mémoire collective, de ces sombres moments historiques qu’on aimerait parfois renier, par honte. Elle évoque la force des secrets familiaux, des tabous. Elle nous fait nous demander « Comment survivre et vivre après des événements si horribles qu’on a peine à les imaginer ? ». C’est une histoire qui bouleverse, mais une histoire utile et nécessaire.

« Elle s’appelait Sarah ». Le titre vient probablement de la magnifique chanson de Jean-Jacques Goldman, « Comme toi« . A la lecture, j’ai aussi pensé à la tout aussi splendide chanson « Né en 17 à Leidenstadt« , du même auteur. Ce message non plus, il ne faut pas l’oublier.

Au final, ce roman a été pour moi un véritable coup de cœur ! Je reviendrai assurément vers la plume de Tatiana De Rosnay !

Nom de code : Verity

Auteur : Elizabeth Wein

Editeur : Castelmore

Genre : Historique

Résumé : Il me reste deux semaines à vivre. Ensuite, je sais que vous me tuerez. C’est le sort que vous réservez à tous les espions que vous coincez, non ? Alors autant coopérer, si ça peut m’éviter les interrogatoires brutaux du capitaine SS von Linden. Je vais vous livrer tout ce que je sais de l’effort de guerre britannique : les codes, les lieux, les modèles d’avion… Tout a commencé le jour où j’ai rencontré Maddie.
Le pilote qui m’a conduite jusqu’en France, c’était elle. Nous avons tenté une invasion en tandem. Nous formions une équipe du tonnerre.

Continue reading >

Scarlett


 

Auteur : Alexandra Ripley

Editeur : Milady

Genre : romance historique

Résumé : « Demain est un autre jour… » Sur ces mots d’une héroïne impétueuse et attachante s’achevait une des plus bouleversantes histoires d’amour jamais racontées. Incarnés à l’écran par Clark Gable et Vivien Leigh, les héros d’autant en emporte le vent, Rhett Butler et Scarlett O’Hara, sont entrés dans la galerie des amants de légende. Mais pour des millions de lecteurs, leurs amours demeuraient en suspens… Nous révéler la suite: c’est le défi qu’a relevé Alexandra Ripley. Toujours aussi fougeuse et passionnée, Scarlett, qui s’est juré de reconquérir l’homme de sa vie, parviendra-t-elle à surmonter les déceptions et les obstacles multiples qui l’attendent? C’est dans une Irlande ensanglantée par la guerre, berceau de la famille O’Hara, que le destin nous donnera enfin sa réponse.

Mon avis

J’ai dévoré ce livre ! Ce n’était pas gagné d’avance. A vrai dire, ça soit passait, ça soit cassait. Je m’explique, j’aime beaucoup l’univers de cette histoire et le personnage de Rhett Butler, mais la Scarlett et le racisme sous-jacent du film de 1939 m’agacent au plus haut point. J’ai tout de même tenté ma chance, et je ne le regrette pas une seule seconde !

Scarlett, toujours aussi agaçante ?

Oui et non, Elle a toujours ce même tempérament de petite fille riche égoïste, surtout quand elle parle de ses enfants – elle ne mérite guère le titre de mère de l’année – et en même temps, elle se bat pour ce qu’elle veut, quitte à écraser quelques pieds au passage. Et pourtant, au fil des pages, elle se révèle bien plus profonde que ça. On la découvre grâce à la plume riche et fluide de l’auteur, et j’ai fini par l’apprécier, et trembler avec elle dans sa reconquête (utopique ?) de Rhett. Le personnage mûri au fil de son aventure et de ses expériences, et c’est très agréable.

Le portrait d’une époque

L’autre plus de ce livre, ce sont ses plongées dans l’époque de la fin dix-neuvième et les clivages sociaux de ce temps, On découvre tout d’abord la vie de la bonne société de Charleston et Savannah avec leurs règles de bienséance, opposées à la communauté irlandaise dont est issu le père de Scarlett, symbole dans ce roman de liberté et d’amour familial. Scarlett est ballottée entre ces deux univers incompatibles. Certains de ses choix m’ont fait hurler, moi pour qui le choix était clair.

La dernière partie du roman se déroule en Irlande. Ce pays est symbole de renouveau pour Scarlett, adoptée par la branche de sa famille sur place, qui reconstruit sa vie avec courage et bonne humeur, aveugle pourtant au climat politique du pays et aux velléités d’indépendance des Irlandais. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

En bref, j’ai adoré ce roman. Je me suis laissé emporté par l’histoire avec plaisir. Alors oui, les choix de Scarlett m’ont par moment agacé, mais lire le chemin de son évolution est des plus plaisant, et les personnages secondaires sont plus succulents les uns que les autres, donnant une énergie à l’histoire des plus agréables.

C’est donc une lecture très agréable pour moi !