Étiquette : fantastique

The Good Place – saison 2

Titre : The Good Place

Saison : 2

Genre : Comédie, Fantastique

Créateur : Michael Schur

Casting : Kristen Bell, William Jackson Harper, Jameela Jamil, D’Arcy Carden…

Résumé : Après une découverte choquante sur le Bon Endroit au cours de la saison dernière, Eleanor doit reprendre sa vie après la mort sans aucun souvenir de la première fois.

Mon avis

J’avais eu un vrai coup de cœur pour la saison 1 et ses retournements de situation. Alors qu’en est-il de cette saison 2 ? Est-ce que mon coup de cœur s’est confirmé ? Pas vraiment, mais cette saison 2 a quand même été agréable à regarder.
 
L’intrigue
L’histoire reprend pile là où elle s’était arrêtée en fin de saison 1. Le double premier épisode de la saison 1 a été pour moi un régal. Le rythme était intensif et on allait de retournements de situation en retournements de situation. Malheureusement, j’ai l’impression qu’ils ont tout donné pour cet épisode là, car le soufflé est par la suite retombé. L’histoire de cette saison 2 n’était pas inintéressante en soi, mais je l’ai trouvé plutôt plate en comparaison de la saison 1. Heureusement, le final, en bouleversant les codes une nouvelle fois, promet de belle chose pour la saison 3.
 


 
Les personnages
Mis à part Michael qui bénéficie d’une belle évolution (cette saison 2 étant centrée sur lui), les autres personnages étaient à mon sens plutôt mis à l’écart, du moins au niveau de leur évolution spirituelle. Si bien que quand ils rencontrent la juge à la fin, je me suis demandée s’ils étaient vraiment prêt. J’ai trouvé cette saison 2 pas très bien gérée sur ce niveau-là. J’ai l’impression que c’était trop rapide. Alors certes, les personnages ont vécu très longtemps dans le faux bon endroit, mais on ne l’a pas vu. Du coup, j’ai eu du mal à adhérer. L’épisode du dilemme du tramway était tout de même réussi.
J’ai également aimé le développement donné à Janet avec sa jalousie envers Jason et Tahani.
Et je suis bien contente qu’on se recentre sur Allison dans l’épisode final et j’aime beaucoup la relation amicale qui s’est forgée entre elle et Michael.
 

 
Pour finir, cette saison 2 est sympathique à regarder mais aurait pu être meilleure. J’espère que la saison 3 saura redresser la barre.

Thor : Ragnarok

Titre : Thor : Ragnarok
Année de production : 2017
Réalisateur : Taika Waititi
Scénaristes : Craig Kyle, Christopher Yost et Eric Pearson
Distribution : Chris Hemsworth, Mark Ruffalo, Tom Hiddleston…
Genre : Action – Fantastique

Résumé : Privé de son puissant marteau, Thor est retenu prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers. Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarök…

Mon avis

Pour commencer, il faut savoir que je ne suis pas vraiment objective sur cette saga car il y a mon Loki que j’aime d’amour dedans. Donc, forcément, j’ai adoré ce film, même si j’ai d’abord été surprise par le nouveau ton que prend la saga. Je me suis rapidement laissée emporter par le rythme du film.

Hela – déesse de la mort


L’intrigue
Le film commence avec un Thor en mauvaise posture, faisant face au Dieu des enfers. Cette première scène donne tout de suite le ton d’humour et d’autodérision que va adopter la suite du film. Après sa visite au dieu des enfers, Thor revient à Asgard où il démasque vite Loki sous les traits d’Odin. Les deux frères vont alors sur Terre retrouver Odin qui leur annonce la terrible menace qui pèse sur Asgard, en la personne de sa première fille, la puissante Hela, déesse de la mort.
Alors qu’Hela met le cap sur Asgard dont elle se dit l’héritière, Thor et Loki sont propulsés à l’autre bout de la galaxie sur une planète perdue dont ils vont avoir du mal à repartir.
J’ai beaucoup apprécié cette histoire, sans temps mort. Si l’intrigue de base n’est pas très originale, j’ai aimé le mélange des genres et des univers. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, et c’est assez rare pour que je le signale.

Thor et Banner


Les personnages
Ce film est moins dans le développement de ses personnages que dans l’action. Cela dit, on connaît suffisamment les personnages pour apprécier leurs différentes interactions et l’humour qui en découle. Thor et Loki sont fidèles à eux-mêmes, pour mon plus grand bonheur.
L’arrivée de Banner/Hulk dans la saga est sympa aussi. Il ramène une petite touche de fraîcheur tout en nous laissant en terrain connu. Là encore, ses interactions avec Thor sont un régal.
Le nouveau rôle de la Valkyrie, jouée par Tessa Thompon ajoute une touche de badassitude féminine appréciable. Son histoire est intéressante. J’espère en voir plus dans les prochains films.
Le personnage de Hela, la grande méchante du film est un peu trop cliché à mon goût et sans réelle profondeur, mais ça passe.
Pour finir, j’ai adoré voir Jeff Goldblum dans le rôle complètement décalé du grand Maître.
 

La photo / Les effets spéciaux / Le style
Le film s’inspire clairement des années 80, au niveau du graphisme, du style et du son. Le tout donne un résultat intéressant, qui joue sur la nostalgie des trentenaires et des films qu’on appréciait étant petits.
 
Pour conclure, Thor : Ragnarok est un film sympa et sans prise de tête. Si vous avez apprécié les deux premiers volets de la saga, vous devriez apprécié celui-ci, même s’il est moins axé sur le background des personnages.
Verdict : A déguster

Porcelaine

Auteur : Estelle Faye

Éditeur : Les moutons électriques

Genre : Fantastique

Résumé : Chine, vers l’an 200.
Xiao Chen est un comédien errant, jeté sur les routes par un dieu vengeur. Un masque à forme humaine dissimule son faciès de tigre, tandis que son cœur est de porcelaine fêlée. Son voyage va durer plus de mille ans.
Au cours de son périple, il rencontrera Li Mei, une jeune tisseuse, la Belle qui verra en lui plus qu’une Bête. Celle qui, sans doute, saura lui rendre son cœur de chair. Cependant Brume de Rivière, fille-fée jalouse et manipulatrice, intrigue dans l’ombre contre leur bonheur.
Pendant presque quinze siècles, rivalités et amour s’entrecroisent, tissant une histoire de passion, de tendresse et de sacrifice, sur fond de magie et de théâtre.

Mon avis

J’ai découvert ce roman dans la pochette surprise de ma médiathèque ayant pour thématique l’Asie. Par moi-même je ne pense pas que j’aurais pris ce livre, mais ça a été une belle découverte, même si je suis loin du coup de cœur.
Le livre nous conte l’histoire de Xiao Chen, fils d’un potier chinois au troisième siècle. Son père est obsédé par l’idée de créer une poterie parfaite. Il y parvient un jour, mais pour quelle soit parfaite, elle doit cuire plusieurs jours. Malheureusement, il vient à manquer de bois pour alimenter le feu. Xiao Chen décide alors de monter au sommet de la montage, où paraît-il existe le jardin magique du dieu de la montagne. Il y parvient, et réussit de peu à ramasser des aiguilles de pin. Son père réussit sa poterie, mais le dieu furieux maudit Xiao Chen en lui octroyant une tête et des sens de tigre en lieu et place de son visage humain. Les habitants de son village, terrifiés, le bannissent. Commence alors pour lui un voyage qui le conduira dans un monde de spectacle et de magie.
L’histoire est coupée en trois parties. La première se déroule au 3ème siècle et suit les aventures de Xiao Chen qui rentre dans une troupe de théâtre peu commune. Il y rencontre notamment Brume de Rivière, une fille-fée aux grands pouvoirs en sommeil, et pied-de-cendre, un séduisant comédien rêvant d’immortalité.
Les seconde et troisième parties se déroulent au 16ème siècle, et raconte comment Xiao Chen prend Li Mei pour épouse, comment ils tombent amoureux, et la jalousie et les machinations de Brume de Rivière.
Les personnages sont intéressants, on nous informe sur leurs pensées et leurs émotions. Cependant, mis à part pour Xiao Chen, on n’a pas beaucoup d’informations sur leur passé. Ils ont chacun leurs particularités, ce qui les rends intéressants à suivre.
Il y une certaine poésie dans la magie ancienne relatée par ce roman. Il y a un appel au rêve qui est assez agréable.
Le point noir de ce roman est pour moi le style. Je n’ai pas accroché à ce type de narration un peu froid. Je n’ai pas réussi à entrer pleinement dans l’histoire, malgré un potentiel certain.
Au final, j’ai passé un bon moment, mais ce roman ne restera pas gravé dans ma mémoire.

Intuitions

Saga : Intuitions, tome 1

Auteur : Rachel Ward

Editions : Michel Lafont

Genre : jeunesse fantastique

Résumé : Depuis son plus jeune âge, Jem voit des nombres flotter au-dessus des personnes qu’elle croise. C’est le jour où sa mère décède qu’elle en comprend la signification : il s’agit de la date de leur mort. Ce don maudit la pousse à se couper du monde. Jusqu’au jour où elle rencontre Spider…
Alors qu’ils partent ensemble à la grande roue de Londres, un phénomène étrange se produit : pourquoi tous les passants ont-ils le même nombre au-dessus de la tête ? Pris de panique, Jem et son ami prennent la fuite.
Ils seront les seuls survivants de l’attentat qui va suivre, mais aussi les seuls suspects traqués par la police une fois leur identité révélée par les caméras de surveillance.
Mais comment Jem peut-elle expliquer au commun des mortels les raisons de sa fugue, et surtout, comment ignorer la terrible vérité qu’elle peut lire en Spider ?
QUE FAIRE D’UN DON QUAND IL EST MAUDIT ?

Mon avis

Ces dernières semaines, j’ai un peu renoué avec le roman jeunesse. Ça faisait longtemps que je n’en avais plus lu; ce n’est plus mon genre de prédilection; mais j’ai eu envie de retenter l’expérience. Le résumé d’Intuitions me plaisait bien, alors je me suis lancée.

J’ai été surprise car ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais. Le style de l’auteur est très bon, je l’ai d’ailleurs trouvé assez riche et adulte, ce qui fut une excellente surprise. En revanche côté histoire, je m’attendais à quelque chose d’encore plus palpitant et plus axé sur le fantastique. Passé cette légère déception, je me suis embarqué dans l’histoire que j’avais sous les yeux.

J’ai eu un peu de mal avec le personnage féminin, qui est l’archétype de l’ado en plein crise : grande gueule, injuste, et un peu stupide parfois. Oublions ces quelques défauts pour nous concentrer sur son don qui est assez intéressant même si effectivement insupportable à vivre : connaître la date de la mort de tous les gens qu’elle rencontre. Tu parles d’un fardeau ! On comprend un peu mieux son caractère.

A cause ou grâce à son don, elle va échapper de peu à un attentat terroriste, et devenir par-là la principale suspecte. Sa fuite commence. J’ai été un peu déçue par le traitement de cette intrigue (bon, faut dire aussi que le contexte dans lequel j’ai lu le livre aide pas ^_^). J’aurais préféré qu’on s’attarde plus sur l’attentat que sur la fuite des deux protagonistes. Légère déception là-aussi.

L’histoire entre Jem et Spider est mignonnette mais j’aurais aimé qu’elle soit un peu plus approfondie. J’aurais aimé avoir le point de vue de Spider aussi, mais bon, c’est un problème récurrent dans les romans narrés à la première personne et uni-focus. Parfois ça passe, mais pour le coup ici, ça m’a vraiment manqué.

Pour conclure, Intuitions est un roman intéressant par son originalité, et vous devriez l’apprécier plus que moi si vous aimez les introspections adolescentes et les petites histoires d’amour mâtinés d’angoisse latente. Si ce n’est pas le cas, le style de l’auteur rend tout de même la lecture plaisante.

Hex Hall

Saga : Hex Hall, tome 1

Auteur : Rachel Hawkins

Editeur : Le livre de poche

Genre : Jeunesse fantastique

Résumé : Sophie Mercer, lycéenne et sorcière, use des pouvoirs sans discernement. Sur ordre d’un puissant magicien, qui n’est autre que son père, elle est envoyée à Hex Hall établissement ultra sélect pour élèves très spéciaux. Spectres, loups-garous et vampires s’y côtoient. Sophie qui est tout sauf discrète, se fait des tas d’ennemis et quelques amis. Parmi ceux qu’elle juge digne d’intérêt, il y a un séduisant jeune sorcier. Mais l’heure n’est pas à la romance : un prédateur se met à attaquer les élèves. Et, Sophie, fille de l’un des enchanteurs les plus puissants au monde, et directeur de Hex Hall, est une cible idéale…

Continue reading >