Étiquette : thriller

Au cœur du silence

Auteur : Graham Joyce

Éditeur : Milady

Genre : Romance, thriller

Résumé : Dans les Pyrénées françaises, un jeune couple marié est enseveli sous une avalanche alors qu’ils skient. Miraculeusement, Jake et Zoe arrivent à sortir de la neige… pour découvrir que le monde qu’ils avaient connu a été frappé par un étrange silence absolu. Leur hôtel est complètement vide. Les portables et les lignes ont été coupées. Une évacuation aussi soudaine et minutieuse laisse Jake et Zoe dans une terrifiante situation. Ils sont coincés dans la tempête, complètement isolés, avec une autre avalanche menaçant de les engloutir… à nouveau. Alors que le couple est témoin d’étranges événements, ils sont confrontés à une terrifiante vérité concernant cette terre silencieuse qu’ils habitent désormais.

Mon avis

J’ai pris ce roman lors de la dernière grosse OP de Bragelonne. Le résumé ne m’a pas à 100% séduite, mais suffisamment intriguée pour que je tente le coup. Je ressors de ma lecture plutôt mitigée.
 
L’intrigue
L’histoire commence à la montagne, où on rencontre un couple de skieur, Jake et Zoé, qui profite des pistes en solo, jusqu’à ce qu’il soit rapidement pris dans une avalanche. On a alors droit à un chapitre du point de vue de la femme. Ses sensations et son angoisse sont plutôt bien retranscrites, et c’est peut-être le chapitre que j’ai préféré dans ce roman. Mais Zoé est rapidement secourue par son mari. Et personnellement, dès ce chapitre, j’avais déjà compris toute l’intrigue, ce qui fait que je n’ai pas été surprise et suit donc passée à côté de ce roman. Jake et Zoé se sortent donc de leur mésaventure et rentre donc dans un hôtel désert, à proximité d’un village tout aussi désert. Ils vont donc devoir comprendre leur situation et s’y adapter. Le reste du roman est assez plat (du moins quand on a déjà compris les tenants et aboutissants) et mon intérêt n’a pas été non plus éveillé par les personnages.
 
Les personnages
Je n’ai pas réussi à m’intéresser à eux. L’ambiance volontairement froide donnée à l’histoire les a touchée aussi et je n’ai pas réussi à les apprécier. Objectivement, ils sont bien caractérisés, mais je n’ai pas réussi à y croire ni à les aimer suffisamment pour m’intéresser à leur histoire. Cela dit, Zoé m’a semblé avoir plus de consistance, et j’ai aimé quelques-unes de ses observations.
 
Pour conclure, Au cœur du silence a une écriture de qualité, mais je n’ai vraiment pas accroché à l’histoire.

Seven sisters


Titre original : What happened to Monday ?
Année de production : 2017
Réalisateur : Tommy Wirkola
Scénaristes : Max Botkin et Kerry Williamson
Distribution : Noomi Rapace, Glenn Close, Clara Read…
Genre : Science-Fiction, Thriller

Résumé : 2073.
La Terre est surpeuplée.
Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman.
Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles.
Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman.
Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparaît mystérieusement…

Mon avis


 
En tant qu’amatrice de science-fiction, ce film m’avait intrigué à sa sortie au ciné, mais je n’avais pas pris le temps d’aller le voir. Je me suis donc acheter le bluray et je ne le regrette pas car j’ai passé un excellent moment devant ce film.
 

L’univers
Dès l’introduction, on nous présente un univers sombre où la surpopulation atteint des sommets. Les raisons en sont données grâce à une voix off qui explique comment la société en est arrivée là. La surpopulation est visible dès que les personnages mettent le pied dehors. Les rues sont remplies de personnes. C’est pire que l’heure de pointe du métro, et ce, à n’importe quelle heure de la journée. Les couleurs très monochromes de la réalisation renforce cette impression de suffocation.
Pour résoudre ce problème de surpopulation, le gouvernement en la personne de Nicolette Cayman (Glenn Close) a mis en place une politique de l’enfant unique. Les fratries sont interdites et tous les cadets doivent être livrés pour être cryogénisés. S’ils ne le sont pas, ils sont traqués par les forces de l’ordre. C’est dans ce contexte que naissent des septuplés fille dont la mère meurt en couche. Elles sont recueillies par leur grand-père qui cache leur existence aux autorités.
 
L’intrigue
L’intrigue du film repose donc sur ces septuplées. Leur grand-père les garde enfermées dans son appartement, qu’il équipe pour pouvoir les cacher au mieux. Il leur donne à chacune le nom d’un des jours de la semaine. Quand elles sont un peu plus grande, il leur donne une identité unique. En prenant cette identité, chacune des filles pourra sortir le jour correspondant à son prénom. La majeure partie de l’intrigue se passe quand les filles sont adultes. Leur grand-père n’est plus là, et elles vivent de la même façon depuis toujours. Ce qui n’est pas sans entraîner quelques disputes entre elles, car elles ont toutes des caractères différents. Leur identité factice, Karen Settman, travaille dans une banque et est sur le point d’obtenir une promotion. Mais le lundi soir, Lundi ne revient pas de sa journée de travail. Inquiètes, ses sœurs décident d’enquêter, ce qui va les entraîner dans un périple haletant et rempli de dangers.
 

Les personnages
Bien sûr, tout d’abord il y a les septuplées. Elles ont chacune leur caractère propre, mais Lundi et Jeudi sont tout de suite plus mises en avant (l’intrigue vous révélera pourquoi) et celles qui se disputent le plus car elles ont deux conceptions de la vie aux antipodes. J’ai beaucoup aimé ces sept sœurs qui m’ont toutes touchée à leur façon. Noomi Rapace fait un travail formidable dans son interprétation.
Willem Dafoe est également excellent dans son rôle de grand-père, mais on ne le voit pas beaucoup. Le grand-père est touchant, mais c’est troublant de voir ce qu’il est obligé de faire pour conserver le secret.
J’ai eu un peu plus de mal avec la méchante Nicolette Cayman. Ils ont essayé d’en faire un antagoniste subtil, c’est déjà bien, mais ça aurait pu être mieux (bon, et puis faut dire que je ne suis pas particulièrement fan de Glenn Close).
Les autres personnages secondaires apportent un petit plus à l’intrigue, mais même s’ils ont leur importance, ils ne sont pas spécialement développés. Je ne vous en dit pas plus pour ne pas vous gâcher l’intrigue du film.
 
En conclusion, j’ai adoré ce film. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde grâce au rythme haletant de ce thriller. C’est assez rare pour le souligner. L’aspect SF d’anticipation est pas mal également, même si j’aurais aimé une critique plus subtile de la surpopulation. Ici, la dénonciation est bien présente, mais aucune idée de solution n’est abordée (à part la politique de l’enfant unique qui est l’objet de la dénonciation).
En clair, je vous conseille ce film comme un bon divertissement, mais n’attendez pas une critique puissante.

House of Cards

Auteur : Michael Dobbs

Editeur : Bragelonne

Genre : Thriller

Résumé : Francis Urquhart est au fait de tous les secrets des partis politiques – et il est bien décidé à s’en servir pour devenir Premier Ministre.
Mattie Storin, elle, est une jeune journaliste d’investigation aux dents longues, qui relève le défi le plus excitant de sa vie en découvrant un scandale financier impliquant les plus hautes sphères. Pour révéler la vérité, elle aussi est prête à tout…
Un monde secret de vénalité, de corruption et d’insatiable ambition dans les coulisses du pouvoir.

Mon avis

Je précise que la note que j’ai attribué est grandement subjective et reflète de mes goûts. C’est souvent comme ça mais c’est encore plus le cas sur ce roman . Ce livre m’a été offert, sinon de moi-même je crois que je ne l’aurais jamais lu car la politique est un thème qui m’intéresse très peu.

Comme vous le voyez, j’ai eu beaucoup de mal sur ce roman. Je l’ai lu en faisant des pauses et j’ai même hésité à l’abandonner.
Le style en lui-même n’est pas mauvais. Il est riche et original. Ce qui m’a le plus gêné je crois, c’est le ton. Il est très froid, cynique. Je comprends le but, c’est pour coller au sujet qui dénonce les manipulations politiques et médiatiques. C’est très bien fait, mais pour le coup, cette mise à distance a fait que je suis restée en dehors. Même les personnages n’ont pas réussi à me faire entrer dans leur monde.

Les personnages en eux-mêmes sont très bien construits. Ils sont fouillés et profonds, mais c’est une telle bande de salaud que je n’ai pas pu assez m’attacher ou m’identifier pour vraiment apprécier ma lecture. Et au final, les magouilles politiques de ce roman me révoltent tellement (comme dans la vraie vie) que j’ai eu plusieurs fois envie d’hurler.

Comme je vous l’ai dit, ma note est très subjective. En lui-même ce roman est de qualité, mais ne correspond tout simplement pas à mes goûts. Si le thème de la politique ne vous rebute pas, je vous conseille ce roman. Si vous vous êtes reconnu(e) dans ma chronique, passez votre chemin :mrgreen: .